"Les Bas-Alpins d'abord" avec Marie-Anne Baudoui Maurel

Ni temps perdu , ni regret

Il y a plusieurs différences entre un élu  et un journaliste.

 

La première, est que quand l'élu participe à un conseil, qu'il soit municipal ou communautaire,  il reste du début à la fin .

Pour l'élu, vous me direz que c'est le minimum mais il m'a toujours paru curieux de lire dans la presse des comptes rendus de conseil où .... il n'y avait pas ou plus de journaliste présent .

 

Le seconde est que le journaliste "vit" un conseil sans bien sûr, appréhender tout ce qui se passe avant et après en coulisse.

C'est pourquoi, en quelques mots, je vais expliquer pourquoi j'ai demandé un vote à bulletin secret plutôt qu'à main levée lors du dernier conseil communautaire.

 

S'agissant de nominations dans des commissions, plusieurs conseillers m'avaient fait part de leur "agacement" de voir P. Granet ne pas ouvrir les commissions à des membres de son opposition Dignoise.

 

Cela se fait partout sauf bien entendu en Pays Dignois ...

 

Conscients qu'il est difficile dans notre circonscription d'exister hors de la "Sauvan Loose Team" , je pensais que ce mode de vote donnerait à  certains la possibilité  de se démarquer sans bien sûr se faire connaitre .

 

Force est de constater que cela n'a pas été le cas .

 

Mais l'expérience a été fort intéressante et en aucun cas, comme le dit l'employé de La Provence, du temps perdu, du moins pour le Groupe RBM.

 

Maintenant en ce qui concerne, ma passe d'armes avec B. Teyssier, je n'en suis nullement à l'origine et le compte rendu des débats l'attestera sans le moindre doute.

 

J'ai simplement dit que les indemnités votées pour les élus ce jour-là , étaient indécentes et que l'on appliquait la fourchette haute des indemnités ( 49.999 habitants ) alors que notre communauté de communes dépasse à peine les 20000 habitants.

 

En ces périodes de crise, j'espérais un geste de ces " joyeux cumulards du pays Dignois" que j'ai même cités à savoir Mrs Jugy , Arnaud , Suzor et Mme Ailhaud .

Mme Granet était bien entendu la plus  concernée de tous avec ses 6 SMIC en guise d'indemnités .

 

C'est Mr Teyssier qui m'a interpellé sur ce sujet. C'est lui qui a donc essuyé mes réponses .

Il a cru en fait que je disais que les élus de la "structure pays Dignois" étaient indemnisés ...

Mais non mon bon Monsieur , ils ne le sont pas quoi que certains " voyages " ...

 

Réponses que je ne regrette nullement avoir faîtes, et que je confirme même, à savoir que la politique de Mr Teyssier sur le développement économique  depuis des années avait mis à mal le commerce dignois et en partie ruiné les commerçants qui n'arrivent même plus à vendre leurs affaires.

 

Je confirme également qu'il a été pendant des années "un joyeux cumulard" entre indemnités d'adjoint au maire à la ville de Digne et celle de vice-président de la CCABV.

 

Je confirme également que me choque l'embauche d'une de ses proches à la CCABV dans un secteur où il avait un poste à responsabilités tout comme le fait qu'un membre de sa famille réponde à un appel d'offres d'une structure où il est influent ...

 

J'aurais aussi pu mais c'est pas perdu, lui parler un peu du succès et de la gestion de la Foire de la Lavande ...

 

S' il croit un seul instant m'impressionner tant par ses menaces de poursuites judiciaires que par ses rictus, il se met un doigt dans l’œil .

 

Depuis des années que je tiens où que j' alimente un blog, jamais un de mes écrits n'a été condamné ni même inquiété .

 

Tout ce qui est écrit est justifiable à n'importe quel instant et ce ne sont pas les menaces d'un élu  - n'habitant même pas sur la commune  ni dans notre interco et n'y payant pas d’impôts et donc  à mes yeux illégitime - qui me feront changer ma manière de fonctionner.

 

Que B .Teyssier aille "se répandre" comme il en a l'habitude, son bilan est catastrophique et a nuit à la ville de Digne et à ses habitants, la vérité est là et pas ailleurs .

 

Ne lui en déplaise, il est prévu qu'un conseiller en séance de conseil puisse exprimer les plus vives critiques sur le bilan et les actions des autres élus pourvu que ce soit fait sans excès.

 

Et d’excès, il n'y a point eu mais des vérités .

 

La jurisprudence est à ce sujet assez explicite:

" Les élus disposent ainsi d’une très grande liberté de parole qui peut parfois laisser le champ libre aux outrances ou à la provocation considérés par la Cour comme un aléa du jeu politique et du libre débat d’idées, garant d’une société démocratique "

 

Mais la démocratie dans le camp Granet, c'est comme comptabilité sincère à l' UMP ...

 

 



04/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 690 autres membres